Accueil > Actualités > Le Chili s’apprête à fêter les 20 ans du Carmenère, un cépage "disparu" au XIXè (...)

Le Chili s’apprête à fêter les 20 ans du Carmenère, un cépage "disparu" au XIXè siècle

C’est le 24 novembre 1994 que un oenologue français l’a retrouvé, par hasard, dans une parcelle d’un soi-disant Merlot chilien.

La scène se passe dans un vignoble de la Viña Carmen, l’une des plus anciennes du Chili, située dans la vallée de Maipo, à 40 km au sud de Santiago, au pied de la cordillère des Andes.

C’est là que l’œnologue français Claude Valat trouve presque par hasard quelques pieds de ce que jusque là on appelait "Merlot chilien". Et qui a failli continuer de s’appeler ainsi car de nombreux producteurs estimaient qu’il ne fallait rien changer malgré le fait que, quelque temps plus tard, le travail de son collègue, l’ampélographe Jean-Michel Boursiquot [1]) confirmait sa véritable identité.

Les partisans d’appeler un chat un chat l’ayant finalement emporté, qualque temps plus tard les consommateurs chiliens ont trouvé dans les étalages les premières bouteilles de ce cépage que l’on croyait disparu à jamais depuis qu’en 1860, une épidémie de phylloxéra ait décimé une bonne partie des vignes françaises.

La Carmenère serait arrivé au Chili entre 1840 et 1890, caché parmi des plants de plusieurs variétés venues de l’Hexagone. Sa survie serait une nouvelle preuve de l’étonnante bonne santé du terroir chilien qui a toujours échappé à ce parasite ravageur.

En déclarations à l’AFP, le gérant du domaine Viña Santa Rita, Andrés Lavados estimait récemment que "le Carmenère est encore un bébé" qui n’aurait pas encore conquis les lettres de noblesse qui lui permettront de rivaliser avec les cépages « historiques » comme le Cabernet Sauvignon, la Syrah ou le Malbec.

N’empêche que malgré son jeune âge, il s’est hissé à la troisième place de la production de vins chiliens en 2014. Avec ses 69.104.809 litres à l’arôme "végétal" rehaussé d’une pointe de poivre et les notes terreuses laissent "une douceur en bouche" , la Carmenère affiche une belle santé qui explique sans doute sa « resurrection » après plus d’un siècle d’oubli.


Notes

[1Expert dans l’identification des vignes

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Dans la même rubrique