Accueil > Coups Francs > Septembre Francochilien

Septembre Francochilien

Le mois de septembre est, de deux côtés de notre passerelle franco-chilienne, un mois de recommen-cements, de renaissances et d’espoirs renouvelés. Côté français, septembre c’est le mois de la rentrée, du commencement d’une nouvelle année d’études et de travail. Le moment de donner une nouvelle chance à nos rêves et projets. Côté chilien, l’arrivée du printemps, précédé de quelques heures par les joyeuses célébrations des Fiestas Patrias, la fête nationale chilienne, réinstalle progressivement ce septembre de sol, volantín y bandera que chantait Angel Parra avant que quelques personnages aussi pathétiques que négligeables ne cherchent à l’entacher de douleur et de honte.

Mais l’énergie généreuse, joyeuse et libertaire de septembre est plus forte.

Surtout chez les francochilenos. En voici quelques preuves.

En ce mois de septembre et grâce au documentaire de Patricio Guzmán, les Français ont pu découvrir, dans plus de 30 salles de Paris et province, des aspects de la vie de Salvador Allende qu’ils ignoraient jusqu’ici. En revanche, sur le petit écran, ils ont découvert les conséquences des agissements de ses adversaires dans les excellents documentaires de Carmen Luz Parot, Marie Monique Robin et Emilio Pacull sur le Stade National et le sinistre Plan Condor.

Ils pourront par ailleurs savourer aussi bien les histoires du nord chilien racontées par Hernán Rivera Letelier dans Les Fleurs noires de santa María et Mirage d’amour avec fanfare, que celles de Valparaiso narrées par Alain Jaubert, l’auteur de Val Paradis. Trois des nombreux ouvrages « franco-chiliens » présents dans cette rentrée littéraire française. Ils retiendront enfin que ce fut le 16 septembre 2004 que le Chili installa enfin, en plein cœur de Paris, une vitrine consacrée à la diffusion de la création et la culture chilienne. Aménagée dans les entrailles souterraines de l’Ambassade du Chili à Paris, ce nouvel espace culturel ne pouvait que porter le nom de l‘un des plus illustres locataires des lieux... Pablo Neruda.

De leur côté, les Chiliens continuent de succomber au charme des Triplettes de Belleville tandis que les habitués du Festival de Cinéma Documentaire de Valdivia s’apprêtent à découvrir la rétrospective de 7 film français parmi lesquels on remarquera La Grande Illusion, de Jean Renoir et Les Diaboliques d’Henri Georges Clouzot. Les amateurs de musique seront, quant à eux, plus qu’heureux de pouvoir écouter, en concert, Les Arts Florissants, l’une des formations les plus réputées au monde en matière de musique baroque. Quant aux amateurs de toutes sortes de musiques, ils pourront suivre de près les débats et les concerts qu’auront lieu dans le cadre du II Séminaire International consacré aux Instruments traditionnels et aux musiques actuelles. Une rencontre qui accueillera, entre autres, un compositeur, un ethnomusicologue et un facteur de flûtes venus tout spécialement de France pour l’occasion.

Bien évidement, cette rentrée et ce printemps franco-chiliens vont bien au-delà de ce bref résumé. C’est pourquoi l’équipe de notre Portail, qui a reçu cet été des honneurs qui l’engagent à aller plus loin, s’apprête à rendre compte des allées et venues de cette communauté aussi active que créative avec un enthousiasme et des énergies toutes neuves qui nous sont venues d’un peu partout. À commencer par celles qui inondèrent noter page principale avec l’illustration conçue spécialement pour nous par la grande et généreuse Federica Matta. D’autres sont arrivée avec le dessinateur chilien Guillo, dont le trait, tendre et féroce à la fois, permet de regarder autrement l’actualité chilienne.

Un dernier mot pour vous parler du concours que nous avons organisé avec la complicité de l’Institut Franco Chilien de Santiago, « Apprendre le français gratis...ce n’est que des histoires ». Ils sont nombreux les auditeurs de notre émission Boulevard à avoir raconté une histoire franco-chilienne que vous pouvez lire ici même. Deux d’entre eux gagneront un cours de français gratuit et ça, ce n’est pas des histoires La prochaine fois, ne ratez pas le coche.

Bref, le ciel de septembre est beau pour nos aventures francochiliennes. Ne trouvez-vous pas qu’il serait carrément génial si nos dxeux présidents, la main dans la main avec Lula et Zapatero, parvenaient à faire de celui-ci le mois où, en plus de tout le reste, on réussit à faire un pas décisif vers la fin de la faim et la pauvreté dans le monde ?

On peut toujours rêver, surtout en septembre.


Vos commentaires

Dans la même rubrique