Accueil > Coups Francs > Quilapayun : que reste-t-il de nos amours ?

Quilapayun : que reste-t-il de nos amours ?

Les Français qui 35 ans après le coup d’état restent solidaires de la cause chilienne, ont du mal à comprendre les péripéties de ce groupe qui, pendant plus de 4 décennies, a été un acteur remarqué de l’histoire du Chili. Pour information, nous publions ci-dessous trois documents récents en rapport avec cette affaire.

C’est tout de même triste que les commémorations du centenaire de la naissance du président Salvador Allende coïncident d’une façon aussi brutale avec un chassé-croisé qui met aux prises des frères devenus ennemis pour des raisons où l’on a du mal à déceler les motivations éminemment artistiques ou politiques.

C’est ainsi que, comme chacun sait, depuis 2003 il y a sur la scène musicale et politique chilienne deux groupes qui déclarent être le « vrai » Quilapayun. Les derniers épisodes en date, nous montrent l’une des deux formations au programme de la Fête Nationale chilienne sous le nom de...Quilapayun. L’autre, programmée dans le cadre du Festival Salvador Allende, suite à une ordonnance du Tribunal de Grande Instance de Paris, a dû renoncer à utiliser le nom de Quilapayun et même celui celui de Los Quilas. A l’heure qu’il est il s’appellent Libercanto.

En ce qui concerne Francochilenos, nous regrettons depuis le début de cette affaire, le délitement d’un collectif qui, entre autres, aura fait une contribution majeure à la création de liens d’amitié et de solidarité entre Français et Chiliens.

Profondément liés à l’histoire dont le Quilapayun restera à jamais une référence, nous regrettons le manque de sérénité de certains des protagonistes de cette affaire et les pressions que certains d’entre eux se sont crû en droit d’exercer en particulier à notre égard. C’est en tout cas peine perdue car nous refusons de jouer un autre rôle et de prendre un autre parti que celui d’aider, ceux qui nous font confiance, à disposer des informations nécessaires pour essayer de comprendre ce lamentable feuilleton.

PDF - 1.1 Mo
Ordonnance Tribunal
PDF - 58.8 ko
Declaración Quilapayun (espagnol)
PDF - 59.1 ko
Déclaration Libercanto

P.-S.

P.S. Ceux qui le souhaitent peuvent, bien entendu, en débattre dans ces mêmes pages. Le respect des personnes et le sérieux des arguments est, on s’en doute, ardemment souhaité.

Vos commentaires

Dans la même rubrique